reconstruction posturale

Les activités quotidiennes, le stress, les traumatismes accentuent le fait que nos muscles deviennent naturellement hypertoniques. C’est particulièrement le cas des muscles de notre squelette qui sont organisés en chaînes et donc interdépendants, si bien que le raccourcissement de l’un d’eux a des répercussions sur l’ensemble de la chaîne musculaire dont il fait partie. En devenant trop tendus, trop raides, puis trop courts, les muscles contraignent les articulations sur lesquelles ils sont insérés. Ceci peut aller jusqu’à modifier la morphologie et la posture d’un individu (hyperlordoses, cyphoses, scolioses, déformations des membres) et engendrer des douleurs. C’est cette posture que le reconstructeur va observer et analyser pour répertorier les tensions particulières des chaînes musculaires des ses patients. Le travail qui suivra consistera en un rééquilibrage du tonus musculaire en fonction des douleurs et des troubles morphologiques propres à chaque patient.

Le praticien – sa formation: Le praticien de Reconstruction Posturale (RP) est d’abord un physiothérapeute diplômé,qui a acquis ensuite sa spécialisation par une formation rigoureuse répartie sur trois ans et sanctionnée par un diplôme universitaire. L’adhésion au Collège des Praticiens de RP implique une formation et une validation annuelle des connaissances tout au long de la vie professionnelle.

les indications: Les indications sont celles de la physiothérapie. La RP est un outil efficace contre les douleurs pour les patients souffrant d’affections rhumatologiques et de troubles orthopédiques. Cette technique s’adresse aux patients de tous âges. Spectaculaire parfois, efficace souvent, elle exige rigueur et précision de la part du praticien, et une participation active du patient durant les séances.

les contre-indications:

. les processus néoplasiques et infectieux avec fièvre

. les troubles de la statique corrigés par ostéosynthèse vertébrale

. les grossesses à risque
. le manque de participation du patient

Le déroulement d’un traitement: une séance est toujours individuelle et dure approximativement une heure. Même si les résultats peuvent être rapides, une séance pouvant calmer une douleur au stade aigu, la RP prend tout son intérêt quand on la considère comme un traitement de fond: en général, une dizaine de séances est nécessaire pour obtenir un résultat durable. pendant la phase d’attaque du traitement, les séances sont hebdomadaires. Dès la diminution des symptômes, elles ont lieu tous les quinze jours. par la suite, un traitement d’entretien se met en place selon les besoins du patient. (suite..)

thérapeute: gilberte putallaz